Close

Ardèche : L’État défend les installations de télécommunications

France Bleu / jeudi 29 juillet 2021

Une convention a été signée ce mercredi, en préfecture de l’Ardèche, à Privas, entre l’Etat, les opérateurs de téléphonie et les forces de l’ordre. Il s’agit de la déclinaison locale d’une convention nationale.

Le but est d’instaurer une meilleure collaboration entre ces différents intervenants pour limiter le risque de vandalisme (voire d’attentat), mais aussi de réagir plus efficacement si des dégradations interviennent malgré tout.

Pour le préfet de l’Ardèche, cette convention est basée sur trois points :

  • Eviter les atteintes aux réseaux : les forces de l’ordre vont notamment proposer des audits de sécurité pour mieux protéger les sites
  • Réagir le plus vite possible en cas d’acte de vandalisme : les opérateurs s’engagent à prévenir dès que possible policiers ou gendarmes, notamment pour permettre une éventuelle arrestation en flagrant délit
  • Faciliter l’élucidation des faits : en préservant la scène, le temps que les enquêteurs fassent les prélèvements nécessaires.

Après l’incendie de l’antenne de Rosières dans le Sud Ardèche en mars dernier ou les feux contre un central téléphonique à Crest, et des installations à Pierrelatte et Gigors et Lozeron dans la Drôme en février, les exemples de vandalisme ne manquent pas.

Or au moindre acte de malveillance, ce sont plusieurs milliers de clients qui sont privés de téléphone fixe ou mobile et d’internet, pendant parfois de longues semaines.

Ce contenu a été publié dans Les outils de l’ennemi, avec comme mot(s)-clé(s) antenne-relais, Ardèche, Bouygues, Cellnex, fibre optique, Hivory, Orange, SFR, TDF. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.