Close

Berlin (Allemagne): des vitres de banques et de supermarchés brisées en solidarité avec Rigaer 94

Nous avons passé des journées mouvementées, pleines de peur et de colère, mais aussi d’espoir et de solidarité, en rapport avec le squat Rigaer 94. En même temps, la surenchère autour de l’«inspection de sécurité incendie» n’est que la partie visible de l’iceberg, dans la lutte pour les espaces de vie et d’habitation. Parce que tous les jours il y a des expulsions, mais le plus souvent sans que cela attire l’attention. Ce sont des tragédies qui mènent des personnes à se retrouver sans abri, isolées, sans dignité, et qui, dans des cas extrêmes, peuvent même porter à la mort. C’est ce qui est arrivé récemment, le 31 mai, dans le quartier de Kreuzberg, lorsque le musicien Peter Hollinger, âgé de 67 ans, s’est ôté la vie à cause de son expulsion imminente, après 40 ans dans son appartement.

En signe de lien profond avec les habitant.e.s de Rigaer 94 qui résistent et avec tou.te.s celles/ceux qui n’abandonnent pas dans la lutte contre la ville des riches, cette nuit nous avons attaqué les symboles de la domination capitaliste sur l’Antonplatz, dans le quartier berlinois de Weißensee. Des agences des banques Caisse d’Épargne, Targobank, Volksbank, LBS et Postfinance ont été frappées, ainsi que deux supermarchés. Pendant ce temps-là, la rue était bloquée par des poubelles en feu. Sur un mur de la place, nous avons laissé notre message: «R94 résiste – R.I.P. Peter».

[Publié le 19 juin 2021 sur Attaque. Traduit de l’allemand depuis Kontrapolis.]

Berlin & Flensburg (Allemagne): retour sur des actions faites en février

– Berlin : bris de vitres post-expulsion
(traduit de l’allemand de Chronik, 14 février 2021)

Chaque expulsion, chaque attaque des gestionnaires de la misère contre nous, qui nous nous auto-organisons, sera vengée. Le campement dans l’anse de Rummelsburg dans le quartier de Lichtenberg était un des lieux qui faisait obstacle aux projets des dominants. Des projets immobiliers comme le Coral World, mais aussi le grand projet de la ville des riches qui ne tolère pas de zones d’ombre, d’espaces non commerciaux et aucune «pauvreté» visible. Par l’isolement ou des ravalements cosmétiques de surface, les injustices sociales doivent être reléguées à la sphère privée, où ils peuvent bien ensuite développer leurs effets dévastateurs. Ainsi, on transforme la pauvreté en misère, et pendant que les privilégiés boivent leur cannette au soleil, les exclu.e.s meurent de froid ou de solitude, ou gisent sans vie sous les salves de tirs dans leur logis.
Cette nuit du 14 février, nous avons rendu visite à l’un des acteurs de cette gestion de la misère.

La liste des attaques contre des locaux de partis en 2020 nous a inspiré – elle démontre l’absence de respect vis-à-vis de ces soi-disants représentant-e-s du peuple. Ces dernier-e-s s’enivrent de leur pouvoir, de pouvoir, depuis leur bureau ou leur home office, abattre des forêts pour la protection du climat, ordonner des expulsions de sans-papiers pour le maintien de la dignité humaine, planifier des cabanes pour sans-abris pour leur propre protection et envoyer leurs flics à chaque coin de la ville.

L’un de ces responsables de bureau est Sebastian Schlüsselburg, membre de la Commission berlinoise pour la sécurité intérieure et député du parti Die Linke dans le district de Berlin-Lichtenberg. Tandis qu’il dormait dans son logement de luxe financé par les impôts et ne pensait sûrement pas aux personnes expulsées et dépouillées par lui et son parti dans l’anse de Rummelsburg, nous avons totalement défoncé à coups de marteaux sa permanence dans la rue Karl-Lade. Sa face collée sur les vitres nous a encore dégoûté lorsque nous cognions dessus.

Nos salutations les plus chaleureuses aux personnes qui ont réagi spontanément à l’évacuation et à la team qui a caillaissé la mairie de Lichtenberg. Action speaks louder than words!

Plein de courage aux expulsé-e-s !

R.I.P. Maria B., assassinée par des flics légitimés démocratiquement.

– Flensburg (Schleswig-Holstein): le gentrificateur perd ses véhicules
(traduit de l’allemand de Chronik, 21 février 2021)

SHZ. Dimanche soir vers 20h, une voiture de service de l’investisseur hôtelier de Flensburg, Jan Duschkewitz, est partie en fumée à Holsteingang près du vieux lycée.

Jan Duschkewitz est un investisseur dans le très contesté hôtel de la gare. Des autonomes ont annoncé que pour chaque arbre abattu, une voiture serait incendiée.

En janvier déjà, plusieurs véhicules d’entreprise de Duschkewitz avaient été dégradés. Son entreprise, de même que l’établissement de son co-investisseur, Ralf Hansen, sont actuellement sous protection policière.

[Publié avec d’autres récits d’actions le 4 mars 2021 sur Sans Nom.]

Lübeck & Leipzig (Allemagne): des attaques en solidarité avec le squat Rigaer94

– Lübeck: non pas demain, mais maintenant… défendons Rigaer94!

de.indymedia.org / vendredi 26 février 2021

Dans la nuit du 25 au 26 février 2021, nous avons attaqué avec de la peinture et des marteaux le bureau du parti SPD, dans la Burgstraße 51, à Lübeck.

Nous sommes sorti.e.s la nuit, pour fracasser à coups de marteau le bureau du SPD de Lübeck et pour le tagguer, en souvenir du squat Liebig34 et dans le but de défendre le Rigaer94. Les raisons de leur en vouloir sont nombreuses et quelqu’un.e est probablement passé par là avant nous, pour peindre une phrase sur la vitrine, afin de montrer sa solidarité avec les dangereux.ses habitant.e.s du BaWa de Flensburg [Note d’Attaque: des opposant.e.s occupent la friche où devrait être construit un hôtel, dans la ville de Flensburg, au nord de Lübeck.].

Le SPD est l’un des principaux responsables du fait que nos compas du squat Rigaer94, à Berlin, sont à nouveau menacé.e.s. Nous devons nous attendre une descente policière et à une possible expulsion. Notre attaque est une proposition à ne pas attendre plus longtemps que ce qui est probable se produise, mais à frapper dès maintenant. Il y a des bureaux du parti SPD, de la Linke et des Grünen partout [Note d’Attaque: le gouvernement de la ville-État de Berlin est une coalition de la Sozialdemokratische Partei Deutschlands, principal parti de gauche allemand, avec Die Linke, extrème gauche et Die Grünen, les Verts.].
Soyons clair.e.s : vous expulsez et détruisez nos maisons et nos projets, nous détruisons les vôtres, que ce soit à Berlin, à Lübeck ou ailleurs.

Complicité et amour pour nos compas de Rigaer94.
Vive l’anarchie.


– Des salutations enflammées pour Rigaer94, depuis Leipzig

de.indymedia.org / samedi 27 février 2021

En guise d’avant-goût de la prochaine/nouvelle attaque contre le squat Rigaer94, nous avons mis le feu à une voiture des ordures de l’agence immobilière Casa, à Leipzig. C’est notre dernier avertissement au Sénat de Berlin et à ses sbires casqués : ne nous obligez pas à venir à Berlin.

Vous allez perdre. Si vous touchez le squat Rigaer94, la ville brûlera !

[Publié le 2 mars 2021 sur Attaque.]

Berlin: Liebig34 expulsée, appel à manifester le 9 octobre 2020

C’est incroyable de taper ces mots sur le clavier : La Liebig34 s’est faite virée.
À 7 heures, les robocops ont commencé à scier et couper les grilles, les portes, les fenêtres et les barricades et à 11 heures, les dernièr-es habitant-es de la Liebig34 ont été traîné-es hors des pièces.
Nous sommes tristes. Nous pleurons. Nous sommes épuisé-es. NOUS SOMMES EN COLÈRE.
Ils ne peuvent pas imaginer la détermination qu’ils ont éveillée en nous. Cet acte de violence va exploser en un acte de contre-violence et de légitime défense. Il y a déjà eu tant de solidarité au cours des dernières nuits, des derniers mois, des dernières années et cela a montré ce que nous sommes capables de faire. Cette expulsion est un moment de radicalisation. Nous pouvons l’utiliser et, ensemble, nous pouvons exprimer notre haine pour cette merde.
Même si la presse, les politicien-nes, les flics et les nazis prennent maintenant plaisir à notre perte, nous transformons notre impuissance en colère. Tant de frontières ont été franchies. Nous crions NON à votre malveillance. Vous pouvez avoir notre maison, vous n’aurez jamais notre passion. Nous sommes tellement plus que cette maison – nous sommes des anarchistes, des féministes, des queers et des antifascistes qui vont maintenant canaliser leur colère et attaquer le patriarcat capitaliste jusqu’au bout.

Nous appelons à une manifestation à partir de 21h à Monbijoupark. Nous appelons à des actions décentralisées. Vivons ensemble un mois d’octobre sauvage et chaotique !

34 millions de dommages matériels – nous sommes déjà bien parti-es.

Liebig34 vit. Liebig34 se bat.

Liebig34
liebig34 [at] riseup [point] net
https://squ.at/r/4u9p
http://liebig34.blogsport.de/
https://defendliebig34.noblogs.org/


Des groupes à Berlin: https://radar.squat.net/fr/groups/city/berlin
Des événements à Berlin: https://radar.squat.net/fr/events/city/Berlin
Stressfaktor: https://radar.squat.net/de/stressfaktor

Des groupes en Allemagne: https://radar.squat.net/fr/groups/country/DE
Des événements en Allemagne: https://radar.squat.net/fr/events/country/DE


Liebig34, le 9 octobre 2020 http://liebig34.blogsport.de/2020/10/09/die-liebig34-ist-geraeumt-aufruf-zu-tag-x-demo-liebig34-is-evicted-call-for-day-x-demo-09-10-20/

Milan, Italie : Incendie solidaire avec les anarchistes inculpé.e.s de l’opération Byalistok – 12 juin 2020

Dans la nuit du vendredi 12 juin à Milan, trois voitures d’Enjoy¹ ont été incendiées en réponse à l’opération répressive qui a frappé les anarchistes à Rome.

Liberté pour tou.te.s.
Vive l’anarchie

[Traduit de l’italien de Roundrobin.info, 14/06/2020]

NdT :
¹Enjoy est un service de voitures d’autopartage de la multinationale de l’énergie ENI. Un des compagnons interpellés lors de l’opération Byalistok semble être inculpé de l’incendie de cinq voitures d’Enjoy en mai 2019.

Athènes, Grèce : Le commissariat de Nea Ionia attaqué aux Molotovs – 3 juin 2020

Le 3 juin à Athènes, le commissariat de Nea Ionia, situé au nord de la ville, a été attaqué aux cocktails Molotov. Un incendie s’est déclenché et plusieurs véhicules ont été détruits ou endommagés. Dix jours plus tard, l’attaque incendiaire a été revendiquée par le « groupe Vengeance pour Georg Floyd », en solidarité avec la révolte incendiaire aux Etats-Unis. On peut le lire en anglais et en grec ici.

Lyon : En rentrant de soirée, le flic tombe sur un os – 14 juin 2020

Dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 juin à Lyon, un flic qui rentrait de soirée avec sa femme a été roué de coups en bas de chez lui. Il en a perdu une cheville…

« Les faits se sont donc déroulés vers 4h30 du matin ce dimanche, dans le secteur du boulevard Yves Farge dans le 7e arrondissement. Hors service, le policier se garait non loin de chez lui et vit alors une voiture s’arrêter brusquement à sa hauteur. En sont sortis deux individus véhéments. « Je vais t’enculer sale flic ! », aurait lancé d’ailleurs l’un d’entre eux, qui le connaissait dans des circonstances qui restent à éclaircir. Conscient du danger, le fonctionnaire et sa femme remontèrent dans leur véhicule où il appela du renfort et signala la plaque d’immatriculation de l’autre voiture.
Alors que le duo belliqueux tentait de rameuter des jeunes du quartier, le policier et sa compagne auraient essayé de rallier leur immeuble. Et alors qu’ils allaient entrer dans le hall, une douzaine de jeunes leur sont tombés dessus. De nombreux coups ont été distribués, notamment à l’aide d’une matraque téléscopique.

Le policier aurait poussé sa compagne à l’intérieur du bâtiment avant d’être tabassé au sol. C’est finalement un voisin et les renforts en approche qui mettront en fuite la bande, laissant leur victime dans un état grave.
Pris en charge par les pompiers et le Samu, puis hospitalisé à Lyon, le fonctionnaire a été sérieusement blessé à la cheville et au tendon. Trois os ont été cassés par les coups reçus, une opération est envisagée dans les prochains jours. Quant à sa femme, elle a obtenu 3 jours d’ITT.
Une enquête a été ouverte et a déjà permis, selon une source proche du dossier, de retrouver la voiture des deux personnes qui avaient reconnu le policier et avaient dirigé le groupe lors du passage à tabac. Le véhicule était toutefois abandonné. »

[Repris de LyonMag, 14/06/2020]

Etats-Unis : Quelques brèves sur le mouvement de révolte en cours

5/6/20, Redlands (Californie) : l’entrepôt d’Amazon en feu

Vendredi 5 juin, vers 5h30, un incendie a ravagé un centre de distribution d’Amazon à Redlands, ville californienne située à 112 km à l’est de Los Angeles. Les bâtiments, plusieurs camions de livraison et leurs marchandises ont été détruits par les flammes. Sur des vidéos, on voit des remorques d’Amazon en feu (cf vidéo ci-contre). Les dégâts sont énormes et le dégagement de fumée a contraint les autorités à fermer l’autoroute (10Freeway) à proximité de la ‘Mountain View Avenue’. L’entrepôt, grand comme trois terrains de football et situé au 2255 sur la ‘West Lugonia Avenue’, appartenait à Kuehne&Nagel, une entreprise multinationale de transport et de logistique qui aide Amazon dans la distribution de commandes (meubles, téléviseurs…).

Il y a deux mois une camionnette d’Amazon avait été incendiée à Los Angeles dans le cadre d’appel à action pour le 1er mai. L’attaque avait alors été revendiquée contre la collaboration d’Amazon dans les rafles et les expulsions de sans-papiers.


Monroe (Etat de New-York) : les ennemis de la révolte anti-keufs ont des noms… et des bagnoles !

Jeudi 4 juin, en fin de soirée à Monroe, au nord de Rochester, des inconnu.e.s ont pris pour cible des véhicules qui appartiendraient soit à des fascistes, soit à des (soutiens des) flics (ou peut-être bien des deux).

En effet, au moins trois véhicules ont été incendiés vers 23h, à l’extérieur de la ville. Des tags ont été inscrits sur leurs carrosseries, tels que « Black Lives Matter » et ses initiales « BLM ». Les autorités ont confirmé l’origine volontaire des incendies, puisque des restes de bouteilles remplies de liquide inflammable auraient été retrouvées sur les lieux.


Minneapolis : 55 millions de dollars, le coût des émeutes

Par ailleurs, on apprend que parmi les multiples attaques incendiaires qui ont fait rage à Minneapolis la semaine précédente, la basilique Sainte-Marie a elle aussi reçu de la visite : jeudi 28/05 à l’aube, des engins incendiaires (sous forme de bouteilles remplies de liquide inflammables) ont été jetés en direction des bancs, endommageant deux d’entre eux et le sol en-dessous. Cette attaque vient s’ajouter aux nombreuses autres, autrement plus destructrices, des saccages de stations-services aux pillages et incendies de supermarchés… Rien que pour la ville de Minneapolis, les premières estimations des dégâts matériels s’élèvent à plus de 55 millions de dollars.


29 et 30 mai : Deux nuits d’émeutes à Seattle

Vendredi et samedi soir (29 et 30/05) ont vu respectivement des manifestations dans Seattle contre la terreur policière et pour contribuer à la lutte brûlante pour les « vies noires ». Ces protestations ont été multiples et les participant.e.s sont venu.e.s de tous les horizons pour affirmer avant tout que les « vies des noirs comptent ». Ces manifestations ont aussi inclus des attaques contre la police, le complexe industriel pénitentiaire, ainsi que contre la gentrification et le capitalisme. Les cibles de rage et de deuil pour George Floyd comprennent, de façon non-exhaustive le centre de détention pour mineurs, de multiples supermarchés ‘Amazon Go’, la prison du comté de King et d’innombrables façades de commerces du centre-ville. Pendant les manifestations au centre-ville de Seattle de ce samedi [30 mai], la police a lancé des grenades de désencerclement et aspergé les protestataires de gaz chimiques irritants en début d’après-midi. Peu de temps après, 6 voitures de police ont été incendiées dans le centre-ville et des pillages se sont répandus dans les couloirs de magasins du centre, jusque tard dans la nuit. On a entendu des gens crier « Réparations » tandis que ça courait dans les rues, les bras chargés de marchandises.

Il ne s’agit en aucun cas d’un compte-rendu officiel des événements qui se sont produits, mais plutôt d’une retransmission de Seattle aux restes du monde : Les vies des Noirs comptent. George Floyd compte. Nous sommes tou.te.s entré.e.s dans un nouveau monde de guerre contre les porcs. Impliquons-nous.

[Traduit de Pugetsoundanarchists, 31/05/20]

Metz (Moselle) : Tribunal, flics et proc’ attaqués à la manif contre les violences policières – 6 juin 2020

Samedi 6 juin, entre 800 et 2000 personnes se sont élancées en début d’après-midi pour cette manifestation contre les violences policières. Bien qu’elle n’ait pas été déposée, celle-ci s’est d’abord déroulée dans le calme, avant que des actes de violence ne se produisent près du palais de justice. D’après la police, près de 350 projectiles ont été lancés en direction des forces de l’ordre, le tribunal judiciaire a été vandalisé. Le feu a même été mis à la porte cochère du tribunal de grande instance, sans faire plus de dégâts. Un policier et le procureur ont été blessés par des jets de pierres, et 16 personnes interpellées.

« En secouant la grande porte du palais de justice, des manifestants ont réussi à forcer la petite porte pour les piétons », a expliqué à l’AFP le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri, blessé à ce moment-là. « Je suis venu voir les dégâts et j’ai reçu un caillou sur le nez », a précisé le magistrat, depuis l’hôpital où il allait être pris en charge, précisant que les manifestants étaient rapidement ressortis du palais de justice. Le maire de la ville, Dominique Gros, estime qu’il s’agit d’une « agression grave ».

[A partir de la presse, 6/6/2020]

Isère : Le drone-livreur disparaît …

« Il effectuait des livraisons de colis en montagne depuis plusieurs mois en Isère, jusqu’à sa disparition des écrans de contrôle vendredi 29 mai. Un drone exploité par la société DPD France, filiale du groupe La Poste, est activement recherché par les équipes techniques. Sa disparition reste « inexpliquée » mais « l’acte de malveillance n’est pas exclu », a-t-on appris auprès du groupe, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

L’appareil venait d’effectuer un vol « sans encombre entre Fontanil-Cornillon et Mont Saint-Martin » lorsque sa trace a été perdue sur le trajet retour. Les conditions météo, très bonnes ce jour-là, ne peuvent pas être à l’origine de l’incident. Et le système de géolocalisation n’est plus fonctionnel, compliquant les recherches.

Il effectuait des rotations entre les deux communes depuis novembre 2019. Des localités situées à 3 kilomètres l’une de l’autre à vol d’oiseau, mais difficiles à rejoindre par les routes escarpées. Il faut 8 minutes au drone pour réaliser le trajet contre 20 minutes à un livreur. « C’est un moyen de transport intéressant en zone de montagne. Cela représente une économie de temps et de risque routier », souligne une porte-parole de La Poste, ajoutant que l’appareil est non-polluant.

Mais les vols avec de « vrais » colis sont encore assez rares. Le drone peut parcourir jusqu’à 15 kilomètres et porter au maximum 2 kilos à une vitesse de croisière de 30 km/h, limitant les possibilités. Il livre en moyenne huit colis par mois mais effectue des vols tests chaque jour, ce qui était le cas au moment de sa disparition.

« Même s’il ne s’agit pas d’un vrai colis, on engrange de l’expérience et des heures de vol », reprend la porte-parole du groupe. Cette ligne de livraison de colis par drone n’est que la deuxième ouverte en France. La première a été mise en place dans le Var en 2016. Près de 190 vols y ont été réalisés, avec un taux de réussite de 95% – les mauvaises conditions météo ayant contraint à annuler des 5% restants.

Pourquoi et comment cette disparition est-elle survenue en Isère ? « Les équipes techniques ne s’avancent pas sur la cause pour le moment », indique cette même source, émettant une hypothèse : l’installation de brouilleurs qui auraient pu causer l’incident et empêcheraient de remettre la main sur l’appareil. Le drone affiche 550 heures de vol à son compteur, sans aucune défaillance signalée jusqu’à vendredi.