Close

Berne (Suisse) : Les voitures de la protection anti-incendie peuvent brûler aussi

Barrikade / vendredi 23 juillet 2021

La nuit du 22 juillet, nous avons procédé à une évaluation autonome du risque incendie d’une bagnole appartenant à Contrafeu, une filiale de Securitas. Comme prévu, le résultat a été satisfaisant.

Securitas tire profit de sa participation à la surveillance, au contrôle et à la violence à l’encontre des réfugié.e.s qui sont détenu.e.s ou « hébergé.e.s » de force dans des camps fédéraux, des centres d’asile et des prisons pour personnes qui doivent être expulsées, comme le camp « Bässlergut », à Bâle. Le contrôle et la surveillance de l’espace urbain font également partie des activités de cette entreprise de sécurité. Ce ne sont rien d’autre que des euphémismes pour la terreur, les sanctions et le contrôle des personnes qui ne sont pas ou ne veulent pas être une partie silencieuse et productive de la normalité suisse, capitaliste et raciste.

Ceux qui fournissent du personnel et/ou des infrastructures pour exercer la violence et l’oppression ne doivent pas s’étonner de cette prise en main de soi-même, de la part de ceux/celles qui ne veulent pas accepter ce mépris de l’humanité.

Dans ce sens :
Plus d’incendies solidaires !
Pour un monde sans frontières et sans taules !
A bas la forteresse Europe !
Des salutations solidaires à toutes les personnes touchées par la répression et la violence d’État.

Ce contenu a été publié dans Anticarcéral, Contre les frontières, avec comme mot(s)-clé(s) Bern, Berne, Contrafeu, CRA, prison de Bässlergut, Securitas, Suisse. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.