Après les révoltes de la faim au Venezuela qui se sont traduites ces derniers jours par des pillages à Machiques (région de Zulia), Los Teques et Santa Lucía (Miranda), Manzanillo (Nueva Esparta) et Cumaná (Sucre), la presse venezuelienne rapporte que ce dimanche 26 avril une foule a pris d’assaut l’hôtel de luxe Hotel Portofino situé à Manzanillo.

Tout ce qui y restait, matelas, meubles ou chaises, en plus de nombreux objets et ustensiles plus petits, a été exproprié, se traduisant par des colonnes portant tout cela jusque vers les bidonvilles à l’extérieur de la ville. Les forces de police (Policía Nacional Bolivariana) de Manzanillo sont intervenues rapidement, mais n’ont réussi à récupérer qu’une partie du matériel pillé.
A Santa Lucia, dans la région de Miranda, des dizaines de personnes ont également pillé un supermarché dans le quartier de Altos de Soapire.

Au Venezuela, 325 cas de covid19 et 10 morts ont été recensés officiellement, conduisant les autorités à instaurer un confinement de bric et de broc dans un pays déjà ravagé par la misère. Le Programme alimentaire mondial des Nations-Unies (WFP), a lancé une alerte la semaine dernière sur le fait que le Venezuela est l’un des pays d’Amérique du Sud les plus à risque de famine. Malgré le confinement, des foules continuent de descendre dans la rue pour manifester contre la situation et tenter des pillages (beaucoup empêchés, plusieurs réussis).