Close

Berne (Suisse) : On ne lâche rien

Barrikade / mercredi 12 mai 2021

Les riches et les puissants, qui profitent du monde tel qu’il est, ne cesseront jamais de surveiller, de persécuter, d’emprisonner et de tuer tous ceux qui n’y ont pas leur place ou qui ne veulent pas accepter la place qui leur est assignée.


Mais nous, on ne lâche rien, même s’ils essaient de nous faire taire. Nous n’acceptons pas toute cette injustice, l’oppression et la destruction, car nous voulons un monde où tous sont libres ! Nous voulons tout changer, nous voulons tout pour tout le monde, pas de frontières, pas de barrières, pas de parlements et pas de palais.
Ils disent que sans les lois, l’État et la police, nous nous entretuerions. Mais nous voyons que l’État tue ici et maintenant : dans les camps d’enfermement, aux frontières, dans les rues – par les mains des flics, avec des moyens militaires.
La police et tous les autres services de sécurité et de surveillance se placent toujours entre les personnes qui – à leurs yeux – sont indésirables et inadaptées et ceux qui défendent leur pouvoir et leur richesse. Ils sont toujours de leur côté*, au nom de la loi et de l’ordre, afin que le monde reste aussi cruellement injuste qu’il l’est. Et chaque fois que nous nous levons, quand nous allons dans la direction de nos rêves, nous nous heurtons à eux.

* Mais tous les policiers et les militaires peuvent à tout moment choisir de démissionner ou de déserter, si leur rôle dans ce conflit ne leur va pas.

Dans la nuit de mercredi 12 mai, nous avons repeint quelques trucs avec de la peinture noire :
Le bureau des services d’état civil d’Ostermundigen [commune de l’agglomération de Berne ; NdAtt.].
Des routes autour du rond-point de l’Eigerplatz [à Berne ; NdAtt.].
Un train BLS [compagnie ferroviaire privée, dont l’actionnaire majoritaire est le canton de Berne ; NdAtt.].

La filiale de la Banque Cantonale Bernoise dans quartier bernois de Bümpliz.

Le bureau du Procureur, dans le quartier de Lorraine.

Nous voulions faire sortir la colère et la tristesse de nos cœurs et de nos esprits et la porter sur des façades, non pas pour nous en débarrasser, mais plutôt comme un signe, car il nous en reste encore beaucoup.

Oakland (USA) : Attaque nocturne contre des voitures de police

Indybay.org / samedi 8 mai 2021

Le 7 mai, la guérilla antifasciste s’est introduite dans un parc de véhicules de police, à l’angle entre la 10e Street et la Union Street et a endommagé des voitures de patrouille. Ni vu.e.s ni connu.e.s, ils/elles les ont aspergées d’acide muriatique, ont crevé des pneus et brisé des vitres.


Un communiqué anonyme dit :
Aux criminels de guerre de l’Oakland Police Department, qui occupent le territoire prétendument appelé « Oakland » :

Nous avons bousillé vos voitures de patrouille près de l’auditorium Cole parce que c’est ainsi que nous traitons les envahisseurs. Vous menez une guerre contre les personnes à la peau noire et bronzée et c’est la même guerre que vous avez commencée il y a des siècles. Vos mercenaires nous tuent sur les champs de bataille des quartiers. Vous remplissez avec nos proches vos camps de détention de prisonniers de guerre (vos prisons). Ça a été une guerre menée d’un seul côté pendant trop longtemps. Chaque fois que vos nombreux avant-postes ou collaborateurs baisseront leur garde, nous serons là. Nous rions sauvagement à la figure de votre État de surveillance, de vos barbelés et de vos flics.

Il n’y a pas de justice, sauf celle que nous faisons nous-mêmes. Vous avez été jugés dans ce tribunal de guerre qui sont les rues et vous avez été reconnus coupables. Vous aimez la propriété, alors on s’en est pris à la vôtre. Foutez le camp de chez nous ET le sabotage continuera.

Jusqu’à ce que tou.te.s les prisonnier.e.s de guerre soient libéré.e.s et que votre société soit réduite en cendres.
Pour des cranes écrasés et une aube sanglante !
Pour un présent sauvage !
Pour la joie !

Les conspirateurs du secteur 510*

* Note d’Attaque : 510 est l’indicatif téléphonique régional de la ville de Oakland et des villes voisines.

Contre tous les enfermements

En mai et juin, à Toulouse, plusieurs journées pour analyser, apprendre et réflechir ensemble aux moyens de lutter contre toutes les formes d’enfermement.

DISCUSSION : L’ENFERMEMENT EN TEMPS DE COVID

Dimanche 16 mai – 16h – Parc de la Salade
(38 avenue de Fronton. Metro Barrière de Paris)

Qu’est ce que cette période est venue changer dans les conditions d’enfermement ? Comment continuer à se montrer solidaire des personnes enfermées, d’autant plus dans cette période qui a rendu des conditions de vie déjà horribles encore plus trash ? Comment refuser la normalisation de mesures présentées comme exceptionnelles jusqu’à présent ?

Plus d’infos ici

APREM CONTRE L’ENFERMEMENT PSYCHIATRIQUE

Samedi 22 mai – 13h à 20h – 45 avenue de Fronton

Avec des partages d’infos sur les hospitalisations sous contrainte, des lectures / discussions, un infokiosque, des écoutes radiophoniques, de la bouffe, des boissons sans alcool, des coins chill.

Plus d’infos ici

DISCUSSION SUR L’OUTIL ANTITERRORISTE

Vendredi 28 mai – 18h – 45 avenue de Fronton

A partir d’un bref retour sur l’origine du terme et de son déploiement dans la loi et les esprits, on fera quelques hypothèses sur les raisons et les avantages que donnent aux Etats l’outil antiterroriste. On échangera autour de cas concrets afin d’envisager des pistes de réflexions quand aux possibles solidarités lorsque la répression antiterroriste touche les luttes.

LUTTER CONTRE LA CONTRUCTION DE NOUVELLES PRISONS

Samedi 29 mai – 13h – 45 avenue de Fronton

Comment et pourquoi lutter contre la construction de nouvelles prisons ? On veut dans un premier temps s’interroger sur la notion de punition et voir à quoi elle fait référence, à quoi elle répond de manière symbolique et sociale et de quelle façon l’apparition de la prison en tant que peine en soi a été présentée comme une amélioration par l’institution judiciaire.
A partir de là, on reviendra brièvement sur les différents plans prisons depuis les années 60 en france, et plus précisement sur le plan prison actuel, annoncé depuis 2016. Ce sera aussi l’occasion de parler de la réforme de la justice qui l’accompagne.
Puis, dans un deuxième moment, on reviendra sur des récits de luttes contre la construction de prisons. Tout cela dans le but de questionner nos pratiques actuelles ou à venir, le contexte national et enfin essayer de voir les façons qui nous paraissent les plus pertinentes pour s’attaquer a ce monde de prisons !

Crève la taule !

LA REPARTITION GENREE DU SOUTIEN AUX PRISONNIER.ES

Samedi 29 mai – 18h – 45 avenue de Fronton

PROJECTION d’un montage audio et vidéos.
Ce sont majoritairement des femmes qui assurent le soutien aux personnes qui sont en taule notamment à travers les parloirs, les lettres, les démarches administratives, les mandats, le soutien émotionnel …

Suivi d’une bouffe

TATTOO, PIERCINGS, INFOKIOSQUES ET AUTRES SUPRISES

Samedi 29 mai et Dimanche 30 mai – de 13h à 20h – 45 avenue de Fronton

PERSONNES TRANS EN PRISON

Samedi 5 juin – 14h30 à 19h – lieu à venir

Une après-midi de partage d’informations, discussions, lectures, écoutes sur le sujet, et aussi un goûter et un moment d’écriture de lettres pour des personnes trans en prison. Il y aura certaines discussions en mixité sans personnes cis (personnes qui s’identifient au genre qui leur a été assigné à la naissance).

PDF - 179.3 ko
Fly / Affiche à diffuser

Chicoutimi (Canada) : une autre façon de faire disjoncter la justice

Un autre palais de justice au Saguenay-Lac-Saint-Jean
touché par un sinistre

TVA Nouvelles, 13 mai 2021

Après l’incendie majeur qui a ravagé celui de Roberval, samedi, le Palais de Justice de Chicoutimi a été touché par un autre sinistre, jeudi. Un dégât d’eau important est survenu sur quatre étages du palais de justice de la rue Racine. Ce sont des employés qui ont découvert le problème en entrant au travail. Il y avait de l’eau dans les deux niveaux de sous-sol de l’édifice, au rez-de-chaussée et au premier étage. Le ministère de la Justice a confirmé en fin d’après-midi que l’inondation a été causée par la rupture d’un tuyau relié à un réservoir d’eau.

C’est le côté nord du palais qui a été touché, dont la bibliothèque, la salle des archives et surtout, celle des serveurs informatiques. Les 40 causes criminelles prévues au deuxième étage ont toutes été reportées. Seul un procès devant jury, au troisième, a pu procéder. «Il y a une panne du réseau informatique, a expliqué Me Denis Otis, avocat-criminaliste. C’est impossible aussi de se brancher avec Teams [l’application de Microsoft pour les vidéocomparutions]. Donc, c’est impossible de procéder aujourd’hui. Nous avions une enquête préliminaire. Visiblement, ça n’aura pas lieu

Même déception chez son collègue, Me Charles Cantin. «J’avais une enquête sous caution. J’étais vraiment prêt. Il n’y a pas de télé-comparutions. Pas de réseau informatique. Le greffe n’est pas apte à faire la connexion avec (la prison de) Roberval. L’impact est immédiat. La salle 2.07 étant fermée, on se doit de reporter ces dossiers-là. Il y avait deux procès qui devaient durer quelques heures chacun. C’est moins pire que l’incendie de Roberval

Un autre procureur de la Défense, Me Jean-François Têtu, n’a pas eu d’autre choix que de reporter ses causes à mardi prochain. «Il n’y a pas d’enregistrement numérique. Le greffe est paralysé. Les dossiers, faut qu’ils soient constitués au niveau numérique et il faut qu’il y ait des procès-verbaux. On a tout reporté les causes à mardi prochain pour que les systèmes soient fonctionnels. Il n’y a rien qui a pu fonctionner aujourd’hui

Dans la salle où sont archivés une masse impressionnante de dossiers, c’était le branle-bas de combat pour une armée d’employés du greffe. Plusieurs dizaines de boîtes remplies de documents ont été déménagées avec des chariots de fortune. Selon les informations de TVA Nouvelles, quelques centaines de boîtes auraient reçu de l’eau, mais un petit nombre aurait été plus durement affecté.

Les dommages causés à l’ensemble du bâtiment, qui sera nettoyé par des experts en sinistre, restent inconnus pour le moment.

Montevideo (Uruguay) : quelques traces du 1er mai

Montevideo : Fêter le 1er mai par la destruction
traduit de l’espagnol de anarquia, 12 mai 2021

À l’aube du 3, dans le cadre du 1er mai, nous n’avons pas laissé passer l’opportunité de défoncer les précieuses vitrines du concessionnaire auto-moto Fernández pour finir par les illuminer avec un encourageant feu insurgé. Il n’y a pas de meilleure manière de rappeler cette date que de faire exploser la rage contre l’exploitation.
Moins de virtualité et plus d’action dans les rues.
Que vive l’anarchie

Cellule Louis Lingg

Montevideo : Inventaire d’action réalisées en avril et mai
traduit de l’espagnol de anarquia, 12 mai 2021

Nous voyons comment l’état et le capital régissent nos vies, modifient nos environnements, nous imposent des rapports sociaux basés sur l’égoïsme, la concurrence, les hiérarchies, normalisant cette manière aveugle d’obéir et de de se soumettre aux institutions, au travail et à la consommation. La médiatisation de la pandémie, la technologie 5G, les « villes intelligentes » et le contrôle social ne sont que quelques exemples de la manière dont fonctionne cet appareil.

Le cirque politique uruguayen :

Tandis que la gauche plaide pour la santé du peuple en réclamant l’ « état de siège » et que la droite priorise l’économie et le marché, il est évident que jamais ne seront réels ni palpables les discours de
solidarité, de soins et de soutien qu’ils annoncent avec cynisme semaine après semaine, parce qu’ils relèvent d’intérêts particuliers et sont destinés à soutenir leurs privilèges et à recruter des citoyen-ne-s.

Le besoin de modifier notre réalité se fait toujours plus urgent, de la modifier non pas au profit de celles et ceux qui nous exploitent, mais pour nos communautés, pour être protagonistes de notre propre histoire. En parcourant les rues, en observant notre environnement, nous pouvons trouver des points vulnérables qui mettent en évidence à nos yeux que tout n’est pas sous contrôle et que l’insurrection peut s’enflammer à chaque coin de rue. Se rebeller et désobéir constituent le premier pas.

Au mois d’avril, et avec un point culminant le 1er mai, nous avons trouvé différents endroits où attaquer et laisser un message clair : « Sans lutte, il n’y aura pas de dignité« . En attaquant des mairies avec de la peinture et en réalisant des blocages de route incendiaires, nous avons décidé de mettre fin à la passivité et agiter pour la désobéissance. Ne soyons spectateurs/spectatrices de notre vie, soyons protagonistes.

Des rapaces urbains

Prison de Mont-de-Marsan : Claudio Lavazza extradé en France

Il Rovescio / mercredi 12 mai 2021

Le weekend dernier, le compagnon anarchiste Claudio Lavazza, qui a déjà passé presque 25 ans dans les prisons de l’État espagnol, a été extradé en France, où il doit également purger une condamnation à 10 ans (le processus de cumul des peines, qui établira la période réelle qui lui reste encore à purger, est en cour).

Pour ce qui est des condamnations qui ont été prononcées à son encontre en Italie, pour sa militance dans les Proletari Armati per il Comunismo (PAC) [Prolétaires armés pour le communisme ; NdAtt.], ce matin la Cour d’assises d’appel de Milan a déclaré que la peine est prescrite !

Pour lui écrire (il parle espagnol, italien et français) :
Claudio Lavazza
n. d’écrou : 11818
Centre Pénitentiaire de Mont-de-Marsan
Chemin de Pémégnan
BP 90629
40000 – Mont-de-Marsan

Contre toutes les taules !

Cassa AntiRep delle Alpi Occidentali

This entry was posted in General and tagged Claudio Lavazza, Prison de Mont-de-Marsan. Bookmark the permalink.

Houdain (Pas-de-Calais ) : Ça chauffe pour la maire

La Voix du Nord / mercredi 12 mai 2021

La maire [PS ; NdAtt.] d’Houdain, Isabelle Ruckebusch-Levent, était en réunion à la mairie ce mercredi, en fin de journée, quand sa voiture qui était garée sur le parking à l’arrière de la mairie, s’est embrasée. Le feu serait partie de l’avant du véhicule, au niveau du moteur.


Alertés peu après 19 h 30, les pompiers de Bruay-Houdain sont rapidement intervenus. Il était trop tard pour sauver le Volkswagen Tiguan de la maire, très fortement endommagé. Les pompiers ont réussi à éteindre le feu qui a aussi eu le temps de se propager à deux véhicules communaux. Ils craignaient une propagation au bâtiment, ce qu’ils ont réussi à éviter.

Les policiers bruaysiens sont également intervenus. Car c’est la piste criminelle qui est privilégiée. La maire – également candidate à sa réélection au conseil départemental – aurait en effet reçu, le matin même, une lettre de menaces disant « Ça va chauffer ».

Ce n’est pas la première lettre de menaces qu’Isabelle Ruckebusch-Levent reçoit. Depuis juin dernier, elle a en effet reçu à trois reprises des menaces de mort par courrier, y compris à son domicile. Il y a deux mois, elle a d’ailleurs déposé une plainte contre X en novembre dernier pour « menace de mort réitérée » au commissariat de Bruay-La-Buissière


Aigondigné (Deux-Sèvres) : Un mirador de chasse à terre

La Nouvelle République / mardi 11 mai 2021

L’association communale de chasse (Acca) d’Aigonnay (Aigondigné) déplore une nouvelle fois la dégradation de matériel : en l’occurrence un mirador de chasse, situé dans un champ en bordure de la D5, sur l’axe Niort/La Mothe-Saint-Héray, renversé et partiellement cassé.



[…] « Les miradors de chasse font partie d’un ensemble mis en place en accord avec la Fédération départementale des chasseurs des Deux-Sèvres, le long de cet axe routier traversé régulièrement par les chevreuils, dont le nombre est important dans ce secteur, précise Jean-Noël Lucquiaud, président de l’Acca d’Aigonnay. […] Un mirador avait déjà été volé en juin 2020. Après chaque acte de malveillance, l’Acca d’Aigonnay a déposé plainte à la gendarmerie.

Santiago, Chili : revendication d’une attaque explosive contre la banque BancoEstado dans la commune de Las Condes

Santiago, Chili : revendication d’une attaque explosive contre la banque BancoEstado dans la commune de Las Condes

Dans la nuit du 3 mai 2021, à plus de 42 jours de grève de la faim des compagnon-ne-s : Mónica Caballero, Francisco Solar, Joaquín García, Pablo Bahamondez, Juan Flores, et Marcelo Villarroel.

Quelques minutes avant le début du couvre-feu, nous sommes parti-e-s en direction des quartiers où les concerts de casseroles ne résonnent pas pour réclamer des miettes à ce gouvernement assassin. Des quartiers habités par ceux qui, malgré le contexte de pandémie, ont excessivement augmenté leurs richesses, tandis que dans d’autres coins du territoire dominé pat l’état du chili la faim et la misère sont le panorama quotidien de beaucoup.

Nous avons attaqué ce symbole de l’argent et du capital, agence bancaire située au croisement des avenues Apoquindo et Manquehue, dans la commune de Las condes. Comme un geste de solidarité avec les compagnon-ne-s en grève de la faim depuis le 22 mars pour l’abrogation des modifications du Décret-Loi 321. Qui utilisent leur corps comme seule tranchée, en un geste défiant la structure carcérale et son appareil judiciaire.

Nous lançons un appel urgent à se solidariser avec les compagnon-ne-s derrière les barreaux, qu’aucun-e prisonnier-e- ne soit seul-e, que la solidarité ne soit pas qu’un mot écrit. Avec de l’ingéniosité, nous pouvons déjouer leurs mécanismes de contrôle et prolonger l’offensive. Que nos rêves soient leurs pires cauchemars, que tremblent les quartiers des riches et que la révolte permanente leur explose à la tronche.

Ni pactes ni miettes, guerre intransigeante à la société carcérale et à l’état capital.
Liberté pour les prisonnier-e-s Subversifs/ves et Anarchistes en grève de la faim.
Feu et explosions à l’état et à ses prisons.
Marcelo Villarroel hors des murs maintenant !

Cette attaque est aussi geste vers la mémoire vive du compagnon Anarciste Mauricio Morales.
Que résonnent les explosions en souvenir du punky Mauri , que mai se teinte de noir…

*Il faut mentionner que nous avons pris toutes les mesures et les précautions possibles pour que l’explosion ne blesse aucun passant : nous avons laissé un avis avec l’inscription «Fermé, excusez le dérangement», et programmé l’activation pour le moment où le couvre-feu serait déjà en vigueur*

PS : Des accolades fraternelles aux compagnon-ne-s qui continuent à conspirer jour après jour, chaque geste offensif est un sourire complice …

Cellule Anticapitaliste Simon Radowitzky
– Fraction Anti-carcérale.

https://es-contrainfo.espiv.net/2021/05/04/santiago-chile-adjudicacion-de-atentado-explosivo-contra-bancoestado-en-la-comuna-de-las-condes/

Adblock test (Why?)

Montevideo (Uruguay) : Une attaque de la cellule Luis Lingg

reçu par mail / mardi 11 mai 2021

Dans le cadre du 1er mai, la nuit du 3 nous n’avons pas loupé l’occasion d’éclater les précieuses vitrines de la concession automobile Fernandez, et nous avons fini par les illuminer d’un encourageant feu insurrectionnel.
Il n’y a pas de meilleure façon de célébrer cette date qu’en faisant exploser notre rage contre l’exploitation.
Moins de virtualité et plus d’action dans les rues.

VIVE L’ANARCHIE